21 mai 1940 et au-delà

« L’après-midi, nous repartîmes cette fois vers la gare en traversant le centre de la ville, passant devant l’église dite “des Wallons”, des rues étroites et le vieux pont. Là, ma sœur tenant dans ses bras sa fille de quelques mois me rejoignit et m’accompagna à nouveau. Au croisement de la rue de la gare et du boulevard Wilhelmine […], les Allemands avaient amené le Capitaine Lannoy et le Commandant d’Ardenne pour passer leurs troupes en revue. A mon passage, celui-ci levant la main me cria « Bravo Rion ! », probablement en pensant aux destructions que nous avions opérées. A la gare, nous fûmes embarqués dans des wagons à bestiaux. ».

Joseph (Rion), 22 ans en 1940 (Visé) – Fort d’Aubin-Neufchâteau
Extrait du témoignage de Joseph Rion, Collection privée. Non édité pour le moment.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *