21 mai 1940 et au-delà

« Oostkamp, surpris par trois stukas, nous avons failli être tués, mon copain Marcel Joskin et moi-même. Le 37e bataillon de Génie fut massacré. Nous avions eu vraiment de la chance ce jour étant camouflés dans une profonde rigole. Les balles sautaient au-dessus de nous en miaulant. Après leur passage, levant nos têtes, nous vîmes un spectacle d’horreur. Les trois quarts des hommes étaient morts déchiquetés et les camions brûlaient ».

Camille (Willem), 22 ans en 1940
Extrait d’Apocalypse en Basse-Meuse, édité par la SRAHV

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *