20 mai 1940

« Un autre jour, le commandant allemand voulait savoir si on était en relation avec le fort. Il s’étonnait sans doute parce qu’on n’avait pas évacué. Ils ont visité la maison de fond en comble. Quand ils ont eu fini, ils ont emmené mon père et mon oncle. Ils sont partis au moins 4 heures. Ils sont restés tout un temps à l’école pendant que les Allemands plaçaient de petits canons dans l’allée du fort. Ils ont demandé la reddition du fort, mais le Commandant d’Ardenne a répondu « Tant qu’il y a des civils, on ne parlemente pas ».

Gaspard (Schyns), 17 ans en 1940, Neufchâteau
Extrait du livre « Dalhem 1940 – 1944 & 1945 : premiers et derniers jours de guerre », Edité par l’échevinat de la culture de Dalhem, sous la coordination de Chrystel Blondeau

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *