20 mai 1940

« Le lundi 20 mai à 6 h, de nouveau les parlementaires s’approchent du fort. Selon leur coutume, les Allemands ont pris avec eux un otage, il s’agit du révérend Père Alberic de Val-Dieu. L’officier allemand propose de la part du général Koner la reddition du fort par une capitulation honorable. Le commandant d’Ardenne répond « non ». L’officier allemand répond « Vous avez tiré tant de coups, vous n’avez plus de munitions ». Réponse : « Nous verrons si vous savez bien compter ! Le haut commandement m’a ordonné d’employer les moyens les plus violents ». « Nous les apprécierons ! ». Les parlementaires se retirent »

Alphonse Ramaeckers, la vingtaine en 1940, Fort d’Aubin-Neufchâteau, Brigadier au poste d’Observation NV5, Bombaye
Extrait du livre « La Basse-Meuse dans la guerre », édité par la SRAHV et le MAHVI, réedition 2019

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *